Garde la flamme

Je t'en conjure devant Dieu et devant Jésus Christ, qui doit juger les vivants et les morts, et au nom de son apparition et de son royaume, prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non, reprends, censure, exhorte, avec toute douceur et en instruisant. Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d'entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désires, détourneront l'oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables. Mais toi, sois sobre en toutes choses, supporte les souffrances, fais l'oeuvre d'un évangéliste, remplis bien ton ministère. (2Timothée 4. 1-5)

Ce message historique de Paul à Timothée résonne très fort dans mon esprit, encore en ce jour. Très cher lecteur, très chère lectrice, bien-aimés enfant de Dieu, nous avons un défit à relever, nous avons un combat inédit à mener : celui de conserver le dépôt de la Parole pure et non diluée, celui de porter le flambeau de la VÈRITÈ, d’être une génération différente, de ceux et celles qui reçoivent avec empressement les Ecritures et qui examine l’exactitude de celles-ci, de ceux et celles qui appliquent la Parole de Dieu, et enfin de ceux et celles déterminés à laisser derrière eux/elles une génération qui sera motivée et entraînée par la crainte du Seigneur. Cette interpellation de Paul à Timothée se montre de plus en plus urgente face à la « mondialisation spirituelle » que nous vivons actuellement dans la foi. Mon interpellation est la suivante bien-aimés: Garde le dépôt, conserve la flamme. Et pose toi quotidiennement cette question : Quand le Fils de l’homme viendra, trouvera t’il la foi sur la terre ?

Vos commentaires


Chibiy Tchatchouang